Dakardantan Index du Forum Dakardantan
Le site des premiers Paris Dakar
 
accueilAccueil  FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

BMW R 65 n°66: Une moto de route sur le Dakar

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Envoyer ce sujet à un ami    Dakardantan Index du Forum -> Paris Dakar 1979
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Jeff



Inscrit le: 07 Sep 2004
Messages: 2535
Localisation: Roanne

MessagePosté le: Mer 16 Sep 2015, 23:19    Sujet du message: BMW R 65 n°66: Une moto de route sur le Dakar Répondre en citant

Pour cette première édition du Dakar, Philippe Jambert, 37 ans, Journaliste , dans la revue 3Trafic” dont il tient la rubrique moto, se lance un double pari:

- Tout d’abord, il n’est ni un crossman, ni un enduriste. Sans être vraiment un spécialiste du tout terrain, il est quand-même un habitué des raids moto...Mais surtout, il décide de s’engager dans la compétition pour la première fois de sa vie (37 ans, c’est pas si tard que ça, en fait!!!)

- Et puis surtout, second défi, il décide de partir sur la seule moto de route engagée dans la course, une BMW R 65 strictement de série!!!



Pour ceux qui veulent replonger dans les caractéristiques techniques, voici l’essai complet de la routière paru à l’époque (1978) dans Moto-revue).

http://www.motards-en-voyage.com/motos/les-grands-essais-de-moto-journal/31-les-qgrands-essaisq-de-moto-journal/73-bmw-650-la-rigueur-germanique-se-miniaturise

Philippe part de plus seul, sans aucune assistance et très peu de sponsors. Il a quand même trouvé quelques généreux mécènes; BMW France lui prête (!) la moto, et il a le soutien de Ben Simon Surplus, les casque Nolan et de la ville de Paris.




Par contre, il transporte avec lui tout son matériel et pièces de rechange sur la moto, qui ainsi chargée, fleurte avec les 250kg!!! Sur la route, c’est déjà lourd, sur un Dakar avec des pistes défoncées, ça s’avérera très très compliqué!! On en reparlera plus tard!



Très vite, dès l’Afrique en fait, Philippe s’aperçoit que son choix de moto est certes courageux mais surtout pénalisant!!! En effet, sur les étendues truffées de sable mou, la BMW est loin d’être la moto idéale!! Ce qui parait déjà difficile avec un engin de tout-terrain bien préparé devient héroïque avec une monture qui louvoie, s’ensable et se plante sans arrêt!!!

D’ailleurs, si au début il a surpris et presque fait rire, très vite, il force l’admiration de tous par son courage, sa ténacité...et sa bonne humeur à toute épreuve. Les premières étapes du rallye relèguent donc Philippe assez loin dans le classement (113 dans Reggane-In Salah, 118ème dans Tam-In Guezzam)...Il est très souvent dans les dernières motos mais n’abandonne pas et repart tous les matins avec courage.
Après In Guezzam, le terrain plus caillouteux lui permet de refaire un peu de son retard (87ème à Arlit par exemple!!) jusqu’à la prochaine étape de sable!!!! Il finit ainsi dernière moto à Agades mais toujours classé!!! N’oublions pas que les pilotes et les motos commencent à souffrir et que l’on enregistre déjà de nombreux abandons, y compris chez les gros bras!!
Philippe lui n’abandonne pas mais arrive chaque soir plus tard, plus fatigué que les autres. Il est seul, n’a pas d’assistance et est donc contraint de faire sa mécanique tout seul.

Ainsi, il attire la sympathie d’autres concurrents qui viennent spontanément lui proposer leur aide. “C’est ainsi que j’ai pu confier le transport de mes pièces à UNIC et à Michel Collet (Toyota n°191). J’ai fini par réaliser que partir sans assistance était absolument impossible, même pour un “privé” comme moi. En habitué des raids, j’avais chargé la moto à l’avant, sur le réservoir. Or, dans ce genre de compétition, le principe de chargement doit être l’inverse: il faut charger l’arrière pour mieux délester l’avant qui guidonne dans le sable! Je le saurai pour la prochaine fois!”.



D’Agades à Niamey, Philippe et sa BM tiennent le coup. Il arrive même à sortir de la terrible étape Tahoua-Talcho qui sera la cause de nombreux nouveaux abandons. A Agades, dans la tempête de sable, peu d’observateurs lui donnaient un chance. Malgré tout, il finit l’étape de Niamey 96ème, avec encore deux motos derrière lui!!!.

Il réussit donc à rejoindre Gao toujours en course pour la première journée de repos depuis le début de la course.
Pour Philippe, la majeure partie de cette journée sera consacrée à la révision complète de la BMW, laquelle semble ma fois plutôt tenir le coup et résister au traitement de choc que son pilote lui impose. Le reste sera consacré au méchoui avant la fameuse et rude étape du lendemain mais aussi la plus longue, 600km de Gao à Mopti.



Pour Philippe, c’est dans cette étape que la belle aventure prend fin. Fatigué d’avoir avalé trop de sable, le moteur de la R 65 rend l’âme sur une rupture de segment. Plus rien à faire, il faudrait un moteur de rechange, une assistance d’usine qui remplace le tout...bref, un miracle qui n’aura pas lieu.
La mort dans l’âme, il doit se contraindre à abandonner.
Pourtant , se refusant de quitter ainsi le rallye, il se mettra au service de l’organisation et d’autres concurrents en les relayant au volant de leur véhicule. Il parviendra ainsi à Dakar après trois jours et trois nuits non stop de pilotage!!!
A Dakar, Philippe fait l’analyse de son rallye:
-“Pour l’année prochaine, fort de mon expérience, je sais exactement ce qu’il faut faire sur la moto pour l’amener à l’arrivée. Je tiens à garder mon idée de base qui est de partir sur une moto de route. Il suffit d’un renfort de la fourche avant, d’une roue à rayons ou d’une jante en acier à l’arrière et le tour est joué!! A condition bien sûr de bénéficier d’une assistance solide! Et puis, j’aimerais bien être le premier à terminer cette course au guidon d’une machine de série!”

Malheureusement, Philippe ne repartira pas sur le Dakar l’année suivante, ni après. Et même si l’idée de repartir sur le rallye en voiture cette fois l’a aussi titillé, cette participation à la première édition du rallye sera la seule. Néanmoins, plus de 35 ans après, il marque encore les esprits avec ce projet fou typique des Dakar d’antan...et je ne parle pas non plus de la fourrure qui recouvrait sa selle!!!



PS: Je me suis appuyé sur un article écrit par Martine Renier paru dans le Trafic n°50 de Mars 1979.

2 vidéos sur lesquelles on voit de nombreuses fois le rallye de Philippe Jambert et sa BMW:

https://www.youtube.com/watch?v=DKIMwyY-TM0

https://www.youtube.com/watch?v=mHNA-HhspVo
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Envoyer ce sujet à un ami    Dakardantan Index du Forum -> Paris Dakar 1979 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2011 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com - phpBB SEO