Dakardantan Index du Forum Dakardantan
Le site des premiers Paris Dakar
 
accueilAccueil  FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

assistance lada suite

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Envoyer ce sujet à un ami    Dakardantan Index du Forum -> Paris Dakar 1983
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
aldo 312



Inscrit le: 28 Mai 2010
Messages: 22
Localisation: saint-etienne

MessagePosté le: Lun 14 Juin 2010, 17:05    Sujet du message: assistance lada suite Répondre en citant

Bonjour à tous.Je voudrais vous raconter ,par le detail,la réparation mécanique qui nous a permis,àMarcel Morel et moi-mème,de ne pas lachement abandonner,dans le sable super mou, quelques kms après DJANET,en Algerie,le Pinzgauer 6x6 immobilisé.L'étape partait plein est,en direction de la Lybie, puis nous devions impérativement effectuer un changement de cap pou filer ,ensuite ,plein sud.Alors que le "pinz" ,chargé comme un mulet",progressait peniblement dans une zone de sable très mou,une subite montée en régime du moteur,suivie de l'immobilisation immediate du vehicule ne laissa place à aucun doute!.L'embrayage venait de lacher!...A ce moment,me revinrent en mémoire les paroles de l'importateur de ce type de vehicule,lors d'une visite de brieffing,dans les ateliers de Bezons,ou nous preparions les autos.Il nous avait bien expliqué que l'embrayage etait un des points faibles,entre autres,et qu'il ne fallait pas le soliciter outre mesure.Comment voulez -vous faire autrement quand vous progressez sur ce type de terrain, avec un moteur limité en puissance et un sable qui vous englue.Marcel et moi constaterent qu'aucune pièce ressemblant,de près ou de loin,à un embrayage ne se trouvait dans le lot de bord de pieces détachées,pour le "PINZ"!Alors que mes meninges commençaient à se mettre en surrégime pour trouver une solution nous permettant de continuer notre mission,Marcel'peut-ètre sous le coup de la déception,envisageat que l'on renonce ,et que l'on puisse prévenir quelqu'un pour se faire acheminer en embrayage neuf.Bien entendu ,celà prendrait probablement plusieurs jours!.Je ne pus me résigner à cette solution,et comme je le lui ai déclaré,je ne m'etais pas engagé pour déclarer forfait après n'avoir mème pas dépassé l'Algerie!Nous nous mimes à la dépose de la boite à vitesses,histoire d'évaluer l'ampleur des dégats sur l'embrayage.Lui n'etait franchement pas convaincu du bien fondé de la démarche,mais ,tétu comme une mule,avec l'energie du desespoir ,je me suis remis à la tache.C'etait trop con d'etre plantés là,au milieu de nulle part et de ne pas tenter quelque chose!D'autant plus que ,partant du principe que le moteur n'etait pas en cause ,dans notre arret,onarriverait bien trouver une solution pour que le vehicule se déplace par ses propres moyens!Tant que le coeur de la voiture bat,le reste n'est qu'accessoire,c'est ma philosophie mecanique et celà le restera toujours.Le plus long fut d'avoir acces à la trappe de visite située sur le plancher,dans la benne du pinz.A chaque chose malheur est bon et ,si nous etions chargés comme des baudets,c'est parce que nous transportions tout le matériel necessaire à des interventions sur la piste à savoir,groupe electrogene,poste à soudure ,perceuse ,meuleuse,et tout le toutim.!André TROSSAT,le pilote d'une des Niva engagées,avait réalisé ,dans ses ateliers du Jura,l'amenagement judicieux du vehicule.Les cantines de materiel etaient alignées ,transversalement sur deux rails coulissants,fixés au plancher du pinz ,ce qui nous permettait d' avoir acces à chacune d'entre elles en faisant coulisser l'ensemble à l'exterieur du vehicule jusqu'à son bord extrème .Deux pieds escamotables permettait à l'ensemble de venir reposer au sol,Certes l'ensemble chargé pesait son poids, mais la manipulation en etait facilitée par la presence de roulements à billes ,sur les rails.Il me fut aisé de ramper dans la partie arriere, vu mon gabarit,et de pouvoir atteindre la fameuse trappe d'acces aux boulons du tour de boite.Je n'est plus la notion du temps qu'il fallu pour déposer la boite,autant que je me souvienne,celle ci n'etait pas horriblement lourde ni logée à un endroit que la morale reprouve.Apres avoir tombé le mecanisme d'embrayage ,force fut de constater que le dignostique etait le bon!Il n'y avait plus la moindre parcelle de "Ferodo" sur le disque .Celui -ci n'avait pas résisté à la contrainte et s' etait litteralement désagrégé en petits morceaux!L'idée me vint de solidariser le moteur et la boite et ainsi de pouvoir continuer à rouler.Pour ce faire ,je décidais de récupérer le "trognon " du disque avec les cannelures ,de confectionner une grosse rondelle metalique ,de la percer,de venir y souder les cannelures et de fixer l'ensemble ,en lieu et place de l'embrayage!Pas folle la guèpe!...Avec l'aide de Marcel qui commençait à se dire que ,de toute evidence ,il ne m'arreterait plus dans enthousiasme,on traça "grosso merdo" une rondelle du diametre approchant du volant moteur .On pratiqua ensuite l'alesage de son centre pour pouvoir y placer le "trognon "avec les cannelures.Marcel insista pour réaliser les soudures,mal m'en prit de ne pas etre plus ferme dans mes denegations!En fait de soudures ,celà ressemblait plus à une serie de crottes de soudure mais,tellement il paraissait garant de son travail,je n'ai pas eu l'audace de repasser derriere...Pourtant, tout bon soudeur vous le dira ,l'aspect plus que douteux d' une soudure n'est jamais le resultat d' un travail de qualité et j'ajouterais qu'il vaut mieux s'en mefier!.Le plus fastidieux du travail fut de bien aligner l'ensemble queue de boite à vitesses ,cannelures ,et percages des fixations sur lle volant moteur.Huit fois ila fallu presenter la boite ,repérer là ou il fallait decaler les trous la déposer ,modifier ,représenter etc...Quand tout fut remonté ,le dernier boulon serré, le chargement refait,toute la cargaison remise en place,avant de proceder aux essais de validité de la solution de dépannage.Nous avions bien pris soin d'aplanir la piste devant le pinz en une sorte de piste d'elan.Il allait de soi que nous devions actionner le demarreur ,vitesse engagée ,et de passer les rapports àla volée!De plus pour passer de "longues en courtes" il fallait imperativement le faire àl'arret!Je m'installe aux commandes,Marcel à mes cotés,boite transfert en courtes et première engagée,j'actionne le démarreur et en meme temps que celui-ci entraine le moteur il entraine aussi le véhiculetout doucement.a notre grand soulagement le moteur n'a jamais rechigné à demarrer ,pendant tout le rallye et le demarreur n'a jamais flanché,c'est peut-etre ce qu'il y a de plus solide sur cet engin!à peine avions avancé que le moteur a demarré ,nous entrainant à sa suite.le temps d'atteindre le bon régime,je tente un passage en deuxieme ,passage reussi sans aucun craquement de pignon .Idem pour la trois ,la quatre,et enfin la cinq!J'eus à peine le temps de realiser que tout fonctionnait comme prevu que l'aiguille du compte- tours nous gratifia d'une acceleration en zone rouge!et le pinz s' immobilisa scotché sur place!Marcel, que les quelques metres effectués avaient regaillardi sembla se liquefier sur place.Tant d'efforts pour ça est -ce que celà en valait la peine semblait dire son regard de chien battu.En une fraction de seconde j'ai compris que les crottes de soudure avaient laché!conscient que la solution preconisée etait jouable ,on venait d'en apporter la preuve,je me suis remis au demontage de la boite.La nuit etait bien avancée et Marcel ne cessant de me répeter qu'il ferait jour demain et qu'on envisagerait d'attendre un hypothetique embrayage neuf venu d'on ne sait trop ou ni par quel mystère nous retrouverait -il dans ce coin perdu.Une seule voiture d'autochtones croisa notre route cette nuit là .Ils nous offrirent des dattes,je crois et passerent leur chemin.Je commençais à en avoir un peu "ras le caisson" du manque d'e motivation de Marcel et je lui conseillais d'aller s'allonger dans son duvet ,de dormir un peu ,le temps pour moi de refaire la reparation Ce genre de situations ça me galvanise,et je me demande parfois ou je vais chercher la force! Peut-etre est-ce dans une forme d' amour propre qui me pousse à continuer ,tant qu'il y a encore espoir de resultat.Apres,realisation de soudures plus conformes à leur vocation première,remontage ,rangement du materiel ,reveil de mon compagnon d' infortune,rebalayage du terrain, nous sommes repartis.Nous avons roulé toute la nuit et avons directement relie le départ de l'étape prevue! Nous n'etions pas hors course et nous avons pu poursuivre notre mission...Je vous raconterai la suite de l'épisode prochainement,ça ferait peut-etre trop à lire d'un coup! il faut en garder un peu sous le pied...abientot pour la suite .Amitiées à tous .Pierre-Claude GILLIER alias "aldo 312".
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Envoyer ce sujet à un ami    Dakardantan Index du Forum -> Paris Dakar 1983 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2011 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com - phpBB SEO